• Bandersnatch, première expérience de film interactif

     

    Bandersnatch, première expérience de film interactif

    Crédit Photo et vidéo : NETFLIX

     

    Résumé : Le jeune programmeur Stefan Butler adapte un roman de fantaisie dans un jeu vidéo...La suite ? à vous de la décider, puisqu'il s'agit d'un film interactif.

     

    NetFlix propose en ce moment un film d'un genre particulier où les spectateurs peuvent faire des choix pour le personnage principal.

    Cette nouveauté est peut être une hérésie pour les scénaristes et les puristes du cinéma, mais peu de monde pourrait contester que BlackMirror se prêtait idéalement à cette première expérience, tant la série a littéralement cassé la baraque sur le thème des nouvelles technologies.

    Le jour J, c'est à dire il y'a deux jours, me voilà donc, affalé devant mon écran,  impatient de tester pour la toute première fois un film et en me réjouissant intérieurement de pouvoir prendre un peu du précieux pouvoir du scénariste. (Et hop, pousse-toi de là que je m'y mette).

    Quoi que de plus normal, me direz-vous, de rogner un peu des prérogatives du scénariste/réalisateur dans ce monde où tout doit toujours aller plus vite et où tout doit être fait pour satisfaire le besoin du consommateur d'obtenir ce qu'il veut de plus en plus rapidement...

    En poussant un peu, peut être qu'un jour les scénaristes seront considérées comme des espèces en voie de disparition, pourchassés par des forces obscures, ou contraints d'émigrer sous d'autres cieux.

    Mais bon, nous n'en sommes pas encore là, et c'est avec un plaisir intense que je presse le bouton lecture de Bandersnatch, trépidant d'impatience à l'idée de cette nouvelle aventure cinématographique. J'ai presque l'impression de partir à la conquête de l'Ouest... Quelques minutes plus tard, l'on me propose l'un de mes premiers dilemmes (Attention spoiler), le personnage doit-il prendre des cornflakes ou des céréales ?

    Ah, quand même...quel choix cornélien. Quelques minutes plus tard, rebelote. A peine assis dans le bus, notre héros ouvre un bon vieux radiocassette (pour les plus jeunes, je perdrais trop de temps à vous expliquer ce que c'était et quelle nostalgie cela provoque en nous, les quadras) et d'autres options musicales s'offrent à moi : doit-il écouter un groupe inconnu ou un autre encore plus nébuleux ? je clique au hasard. Après tout, on s'en fout un peu, et je ne sais pas quelle incidence cela peut avoir sur l'histoire.

    Une heure et demie plus tard et dix clics de plus, me voilà perdu dans un dédale de boucles narratives, avec la désagréable impression de ne jamais trouver la sortie...De plus mon héros ne s'en est pas tenu à ce que je voulais : cet insolent, alors que je lui ai pourtant demandé de ne pas avaler ses pilules, les a quand même prises quelques minutes plus tard.

    Puisqu'il comptait faire comme bon lui semble, il aurait plutôt fallu me demander quelle couleur de chaussures il devait porter au lieu de me faire croire à une incidence quelconque sur la suite des événements. Avec bien du mal, j'arrive à la fin. Ouf, c'est terminé. La dernière demie-heure m'a donné l'impression d'être enfermé dans une camisole abrutissante, et je suis passé pas loin de lui faire fermer son clapet avant la fin. Alors, que penser de ce film interactif ? trop de choix insignifiants à faire.

    Il me reste encore de belles images des années 80 en tête sur ce film, avec quelques morceaux de musique marquants. Et c'est bien peu pour ce que j'attendais d'un nouvel eldorado du cinéma.

     

    MA NOTE GENERALE : 4/10

                                                  

    « Le chant du loup (à l'affiche)Les frères sisters (film, 2018) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :