• Ton fils (film, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : Netflix

     

    Résumé : Jaime Jimenez est chirurgien est un père de famille respectable. Sa vie bascule lorsqu'il apprend que son fils se trouve entre la vie et la mort après avoir été lâchement agressé en sortie de discothèque. Déçu et frustré par l'enquête de la police, il décide de se faire justice lui même en pourchassant les coupables. 

     

    Un thriller espagnol d'une noirceur extrême qui, malheureusement, tombe de temps en temps dans le glauque ou le malaisant.

    Certaines scènes (notamment celle qui mène au comas du fils de Jaime) auraient pu être simplement suggérées, l'impact psychologique aurait été équivalent. De même, des notes légères d'humour (ou de visions de panoramas, par exemple) auraient été bienvenues pour rendre le récit un peu moins pesant.   

    Une oeuvre brutale, glaçante et révélatrice des liens indéfectibles qui unissent souvent un père et son fils.

    Le charisme de l'acteur principal, la bande sonore (jazzy "tristoune") ainsi que le dénouement (surprenant) sont autant d'éléments qu'apprécieront sûrement les cinéphiles avertis et autres fans de polars en tout genre.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Sérénity (film, 2018)

    Crédit Photo et Vidéo : Netflix, Global Road Entertainment, IM Global, Shoebox Films, Starlings Entertainment

     

     

    Résumé : Baker Dill est patron d'un navire de pêche. Un beau jour, il voit son ex femme débarquer dans l'endroit où il s'est exilé depuis leur séparation. Cette dernière lui demande de tuer son nouveau mari lors d'une séance de pêche en mer, avec pour principal argument le bien être de son fils.

     

    Au début, la quête effrénée de l'acteur principal n'est pas sans rappeler celle du personnage central du célèbre roman d'Ernest Hemingway ("le viel homme et la mer").

    L'on se prend assez facilement d'affection pour l'acteur Matthew McConaughey (True Détective, Interstellar pour ses principaux succès) qui interprète idéalement cet homme passionné par la pêche en mer depuis qu'il a décidé de refaire totalement sa vie ailleurs.

    Le côté totalement dépaysant de Plymouth ajoute une note exotique bienvenue, de même que l'apparition récurrente de deux personnages féminins dans ce monde essentiellement masculin de la pêche sportive.

    Serenity a un goût prononcé pour la simplicité et la sobriété, en particulier pour ce qui est des rapports humains. Ce qui surprend le plus, ce sont les cadrages, parfois ahurissants, partant par exemple de dizaines de mètres sous la mer pour remonter à l'air libre, au niveau du navire de pêche.

    Côté scénario, nous partons d'abord sur un thriller assez basique, avant de bifurquer complètement en quelques phases essentielles. (je ne peux en dire plus sans spoiler).

    Le dénouement s'entrevoit aisément dans la dernière demi-heure de projection, peut être aurait-il été plus judicieux d'attendre les derniers instants pour le dévoiler au public.

    Serenity est un film que j'ai trouvé plutôt plaisant, tant il ne dévoile ses charmes qu'avec parcimonie, au fil du temps.

     

    MA NOTE GENERALE : 7/10

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    You (Série, 2019)

    Crédit Photo et Vidéo : Netflix, Berlanti Productions, Alloy Entertainment, A§E Studios, Warner Horizon Télévision

     

    Résumé : Joe est le gérant d'une librairie située à New-York. Il s'éprend d'une jeune et jolie jeune fille qui fréquente sa librairie, Beck. Il partage avec elle son goût pour les lettres. Mais cette romance vire à l'obsessionnel pour lui, au point de scruter les moindres faits et gestes de sa nouvelle dulcinée... 

     

    Un personnage psychopathe dont nous percevons la voix off (reflet de ses pensées), un brin manipulateur avec un goût prononcé pour l'intrusion dans la vie des autres...Cela ne vous rappelle rien ? le souvenir de ce personnage emblématique qu'était Dexter est encore vivace.

    Dans le cas présent, notre psychopathe de service est un peu moins bien loti socialement que son prestigieux clone du FBI puisqu'il a trouvé son épanouissement dans une bibliothèque.

    D'un point de vue comportemental, notre rat de bibliothèque affirme encore des différences notables : ses cibles sont majoritairement des femmes, il n'est pas sportif pour deux sous, et peut être pris de nausées ou de vomissements à l'idée d'accomplir certains actes morbides.

    Mon sentiment, c'est que l'acteur n'était pas adapté à ce rôle, surtout physiquement. Peut être est-ce dû à ses répliques, ses valses-hésitations ou encore sa façon de se vêtir, mais il manque constamment ce petit quelque chose pour qu'il puisse captiver.

    A mon sens, nous avons ici un cas particulier : le scénario est vraiment intéressant, l'acteur principal manque un peu de volume dans son jeu de psychopathe, tandis que les personnages secondaires sont tellement superficiels qu'ils ne suscitent guère mieux qu'une légère sympathie.

    En somme, pour moi, une série qui ne doit son salut qu'à la singularité de son scénario et de son script, et qui verse souvent beaucoup trop dans le superficiel et/ou l'insouciance. (peut être pour se différencier des autres séries dédiées aux tueurs en série ?)

     

    MA NOTE GENERALE  (saison 1) : 6,5/10

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Première année (film, 2018)

    Crédit Photo et Vidéo : 31 Juin Films, Les Films du Parc 

     

    Résumé : Antoine triple sa première année de médecine. Benjamin sort juste du lycée et prend conscience des difficultés auxquelles il va être confronté.  Ils ont peu de choses en commun, à part le fait de suivre le même cursus universitaire. Ensemble, ils vont former un duo pour se soutenir mutuellement dans un contexte de compétition permanente, chacun apportant son savoir à l'autre.

     

    Thème original que cette compétition exacerbée entre étudiants à la fac, qui plus est dans la filière médecine qui s'y prêtait particulièrement.

    Les acteurs Vincent Lacoste et William Lebghil forment un duo idéal et ajoutent au film une belle corde émotionnelle, sans toutefois sombrer dans le larmoyant ou l'enthousiasme excessif.

    Il est clair que le scénariste à veillé à ce que beaucoup d'éléments (décors et ambiance en particulier) soient d'actualité dans ce monde étudiant, ce qui représente pour les spectateurs une forme d'excursion dans ce cursus impitoyable, où une pointe d'humanité émerge de temps en temps (comme l'amitié entre ces deux étudiants). 

    Première Année est une comédie instructive, insouciante mais qui tombe parfois dans une certaine facilité scénaristique, dédaignant par exemple une ouverture plus large à d'autres personnages, excluant aussi la dérision au profit constant de l'empathie entre les personnages.


     MA NOTE GENERALE : 5,5/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les frères sisters (film, 2018)

     Crédit photo et vidéo : Why not Productions, Annapurna Pictures, Page 114 Pictures

     

    Résumé : En 1851, Charlie et Elie sisters sont les hommes de main du Commodore. Pour lui, ils tuent régulièrement sans aucune pitié. Une autre mission va leur a été confiée par le commodore, il s'agira pour eux de capturer un chimiste qui a mis au point une formule permettant d'extraire plus facilement l'or des rivières.

     

    Un western de Jacques Audiard (film du réalisateur/scénariste français Michel Audiard, connu pour ses répliques légendaires dans le cinéma français) adapté d'un roman de Patrick Dewitt édité en 2011.

    J'avoue qu'au départ, j'étais vraiment réticent à l'idée de visionner le western d'un réalisateur français comportant des acteurs américains comme John C. Reilly et Joaquin Phoenix.

    Au final, je n'ai pas eu du tout à la regretter : à l'écran, il n'a pour moi rien à envier aux superproductions américaines de la même catégorie, y compris ceux qui ont fait la renommée de Clint Eastwood.

    On y trouve en effet tous les ingrédients qui ont fait, naguère, le succès prodigieux des westerns : paysages sauvages et désertiques parcourus à trot de cheval, simplicité du scénario, suspens et règlements de compte à foison.

    Il y'a belle lurette que je n'ai pas vu un western de ce niveau (probablement depuis Django de Tarantino), c'est dire si j'ai été sous le charme des personnages, de l'ambiance générale ou encore de la qualité des prises de vue.

    Un grand bravo à M. Audiard de nous offrir une telle pépite cinématographique qui fait rayonner des valeurs humaines essentielles, même en pleine période de ruée vers l'or.

     

    MA NOTE GENERALE : 8/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires