•  

    L'Empereur de Paris (à l'affiche actuellement)

    Crédit photo et vidéo : Mandarin Cinéma

    Résumé : Les tribulations d'Eugène-Francois Vidocq, ancien bagnard qui va devenir successivement drapier avant de travailler pour la sûreté de Paris...

     

    J'ai pu voir ce film dans une salle minuscule (50 places) mais pleine à craquer où les cheveux blancs étaient de rigueur....Fort heureusement, quelques uns commencent à poindre chez moi, ce qui m'a permis de passer presque inaperçu !

    Plaisanterie mise à part, il s'agit pour moi de l'une des meilleures productions françaises du genre de ces dernières années.

    Puisqu'il faut bien débuter cette critique par un aspect de cette production, je tenais d'abord à saluer cette prouesse de la reconstitution de Paris sous l'ère napoléonienne. En effet, partant d'une simple ruelle parisienne ou d'endroits plus prestigieux, les cadrages panoramiques alternant zoom arrière et avant nous offrent des aperçus fascinants d'un autre siècle.

    Question décors, donc, rien à redire, tout comme ce qui touche au domaine des costumes et des accessoires, impeccables et fidèles à l'époque napoléonienne.    

    Comme vous le savez très certainement, le scénario est basé sur l'histoire du très célèbre Vidocq, ancien bagnard qui prendra bien plus tard la tête de la brigade de sûreté de Paris (voir ici).

    Evidemment, l'Empereur de Paris s'est sûrement accordé quelques largesses avec la réalité historique pour satisfaire le public.

    Certains auraient beau jeu aussi de critiquer son classicisme en matière scénaristique, les palabres d'un autre temps ou encore la brutalité de certaines scènes d'action. Toujours est-il qu'il retranscrit assez fidèlement l'atmosphère d'une époque, qu'il fait émerger des personnages audacieux et attachants gravitant autour de Vidocq.

    Alors bien sûr, dans ces conditions, le contexte historique passe au second plan puisque la dynamique du scénario repose exclusivement sur les circonvolutions autour du personnage principal.

    Le triptyque romance/action/suspens est parfaitement fonctionnel et il accapare constamment l'attention du public : combats épiques, luttes d'influences dans les cercles de pouvoir, fourberies et vengeance se multiplient avec une certaine maestria dans la mise en scène.

    Vincent Cassel fait un Vidocq impressionnant après avoir fortement payé de sa personne (musculation, gain d'une bonne vingtaine de kilos !). Quant aux seconds rôles comprenant notamment Patrick Chesnais (M. Henry) et Fabrice Luchini (Fouché), ils ont l'air de s'épanouir pleinement dans leurs costumes respectifs.

    Bref, une muse d'exception a dû passer par là car il y'a belle lurette que je n'ai pas vu une production française aussi bien menée de long en large.

     

     

     MA NOTE GENERALE : 8,5/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • The Guilty (film, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Gustav Moller, Lina Flint

     

    Résumé : opérateur téléphonique au standard des appels d'urgence du 112 (police danoise), Asger Holm reçoit l'appel d'une femme qui vient d'être kidnappée...Quitte à remuer ciel et terre, il va tenter de la faire retrouver, d'autant que les informations qu'il recueille sont particulièrement inquiétantes.

     

    Un thriller danois dont les racines se figent dans un monde jusqu'à présent inexploité de la cinématographie: celui des appels "police secours".

    Se déroulant exclusivement entre quatre murs, l'aventure de cet homme doté d'une conscience professionnelle exceptionnelle est aussi instructive que captivante.

    D'un strict point de vue matériel, Asger ne dispose que d'un téléphone et de quelques logiciels (notamment de localisation d'appels téléphoniques) pour dénouer une affaire de kidnapping qui sent plutôt mauvais. Il peut aussi compter sur la bonne volonté de quelques collègues de travail, sur son sens du dialogue et sa débrouillardise pour tirer cette affaire au clair.

    Peu d'acteurs et peu de moyens investis dans cette production dont l'unique levier d'intérêt est psychologique : c'est le téléphone d'Asger qui met la pression, suggère le pire et retransmet les réactions des policiers, le tout pour nous permettre d'établir un lien direct et concret avec "le terrain".

    Sans ces bandes sonores de qualité (héritages des polars radiophoniques ?), l'émotion passerait nettement moins bien.

    L'acteur Jakob Cedergren éclabousse l'écran de son talent dans la peau de ce personnage policier sujet à de nombreuses sautes d'humeur.

    C'est haletant, cohérent et finalement sûrement très proche du quotidien de ces policiers à l'écoute des moindres appels de détresse.

    MA NOTE GENERALE : 7/10

     


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Manifest (Série, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : NBC, Citytv, Melissa Roxburgh, Joshua Dallas

     

    Résumé : En 2013, Les passagers du vol 828, reliant la Jamaïque à New York, subissent de fortes turbulences pendant le vol. A leur grande surprise, Ils sont accueillis par des services gouvernementaux des Etats-Unis (la NSA) sur le tarmac et ils apprennent que plus de cinq années se sont écoulées depuis le départ du vol...

     

    Après "The Crossing" (voir ici ma critique) qui ne connaîtra malheureusement jamais de saison 2, voici encore une histoire fantastique qui parle d'un saut dans le temps.

    Deuxième point commun avec "The Crossing", le fait de ne suivre qu'un noyau dur de 7/8 passagers du vol 828 qui doivent se réadapter à la vie après avoir "zappé" involontairement 5 ans des vies de leurs proches, tout en ayant jamais pris une ride...

    La comparaison avec "The Crossing" s'arrête là, car il est ensuite question de retrouvailles plus ou moins réussies, certains perdants au change quand d'autres y gagnent largement avec ce voyage temporel.

    Le potentiel de développement de cette histoire est ensuite infini, sous réserve de disposer d'un scénario cohérent et palpitant, ce qui ne s'avère jamais évident, en particulier dans le registre fantastique où beaucoup de choses ont déjà été réalisées.

    Dans le cas présent, le scénario semble avoir été bâti pour ne jamais s'essouffler et il se régénère avec une facilité stupéfiante, porté par un équilibre parfait entre une intrigue fantastique basique (les passagers du vol 828 semblent "connectés", mais personne ne sait pourquoi ni comment) et une approche psychologique intéressante des personnages principaux. (Ces derniers, confrontés à des situations parfois douloureuses qu'ils subissent par malchance ne manquent pas d'émouvoir).

    Si la réalisation tutoie la perfection, elle le doit aussi à des acteurs plutôt doués dont certains ont déjà fait leurs preuves dans quelques séries (Melissa Roxburgh et Joshua Dallas ci-dessous).

     

               Melissa Roxburgh 

    • 2012-2013 : Arrow (série télévisée) : Blake                                                                             
    • 2012-2014 : Supernatural (série télévisée) : Violet Duval / Lila Taylor
    • 2013 : Rita (téléfilm) : Grace
    • 2014 : The Tomorrow People (série télévisée) : Talia
    • 2015 : Une rentrée qui tourne mal (téléfilm) : Carly
    • 2016 : Legends of Tomorrow (série télévisée) : Betty Seaver
    • 2017 : Valor (série télévisée) : Thea, membre de la CIA
    • 2017 : American Gods (série télévisée) : Zorya Polunochnaya
    • 2017 : Travelers (série télévisée) : Carrie
    • 2018 : Manifest (série télévisée) : Michaela

     

    Manifest (Série, 2018)Manifest (Série, 2018)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Joshua Dallas

     

    Côté production, Robert Zemeckis (à la poursuite du diamant vert, Retour vers le futur, Qui veut la peau de Roget Rabbit, Forrest Gump, rien que ça !) s'est joint à l'équipe de "prod".

    Les effets spéciaux et autres images de synthèse sont utilisés parcimonieusement, ce qui est à signaler tant certaines productions ont la sale manie d'en abuser pour "plâtrer" les temps morts et flatter la rétine.

    Disponible uniquement en VOSTFR pour l'instant, prions les dieux de la cinématographie pour que Manifest ne baisse jamais de régime et puisse nous mener à un final de toute beauté.

     

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Outfall (10x10, film, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : Unstoppable entertainment, Dignity film finance, Altitude, Head Gear

     

    Résumé : Lewis est enlevée par un inconnu sur un parking. Après son kidnapping, celui-ci l'enferme dans une pièce capitonnée et insonorisée de sa maison afin de lui poser de curieuses questions sur son identité et sur son passé...

     

    L'acteur gallois Luke Evans (habitué des longs métrages anglo-saxons) et l'actrice Kelly Reilly (souvenez-vous de Wendy, la ravissante rouquine de l'auberge espagnole) se partagent l'intégralité de ce thriller qui a la particularité de se dérouler entre quatre murs.

    Question performance des acteurs, Kelly Reilly sort un grand jeu théâtral, puisque tout y passe ou presque dans le registre de l'angoisse, du désespoir ou de la haine. L'interprétation de Luke Evans est un peu moins riche en expressions faciales, mais elle largement suffisante pour nous inciter à poursuivre.

    Même si les idées directrices du scénario sont lumineuses, celui-ci pêche malheureusement dans beaucoup de compartiments majeurs.

    Pour commencer, Lewis a dû piquer de la potion magique à Astérix ou hériter des facultés de Wonder Woman dans certaines situations, car les invraisemblances dans les scènes d'affrontements physiques sont trop visibles.

    Autre mauvaise option choisie, les réactions de Lewis et Luke, stupéfiantes ou déroutantes. Leurs dialogues sont aussi trop courts, comme si chaque mot devait être scrupuleusement comptabilisé au tournage.

    Vraiment minimaliste, avare en seconds rôles ou en répliques, ce film présente néanmoins un petit intérêt pour son atmosphère lourde.

     

    MA NOTE GENERALE : 5,5/10

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    2 commentaires