• Realive (film, 2018)

    Realive (film, 2018)

    Crédit Photo et vidéo : Arcadia Motion Picture  

     

    Résumé : Marc a la trentaine et vient d'apprendre qu'il est atteint d'un cancer incurable qui ne lui laisse qu'un an à vivre. Parallèlement, la médecine fait quelques progrès notables dans la cryogénisation. Pariant sur le fait que les scientifiques parviendront à réanimer un corps entier, il accepte d'être cryogénisé après sa mort. Bien des années plus tard, il devient le tout premier homme cryogénisé revenu à la vie, et découvre que tout ne se déroule pas comme il l'avait imaginé.

     

    Le synopsis laisse présumer un énième film sans intérêt particulier sur la cryogénisation. Le mythe de la vie éternelle a la dent dure, et il n'est pas interdit qu'un jour, les progrès scientifiques parviennent à ce point ultime : cryogéniser un corps entier pour le réanimer en temps voulu. 

    C'est un thème classique et récurrent du cinéma (souvenez-vous d'Hibernatus avec Louis De Funès).

    Ce film a la particularité de poser d'excellentes questions sur le sens d'une vie à travers les yeux de son personnage principal, Marc Jarvis. Nous le suivons pas à pas, de l'annonce de son cancer jusqu'à sa décision de se faire cryogéniser jusqu'à "sa renaissance", bien longtemps après. 

    Le talent de Tom Hughes (Alias Marc Jarvis) est de parvenir à nous intéresser dès le départ à l'histoire de ce type, qui, en pleine fleur de l'âge, apprend que sa vie va s'arrêter dans un an. Cette phase d'acceptation de la maladie est parfaitement dépeinte, tout comme le processus qui le mène à envisager la cryogénisation.

    Les qualités de ce film éclatent ensuite naturellement à l'écran, comme une fleur qui s'ouvre. Il n'y pas de gadgets technologiques exubérants dans le monde où se réveille Marc Jarvis, mais juste de l'anxiété, de la souffrance et des interrogations. 

    Le choix du mouvement des caméras est opportun à chaque fois, les dialogues sont parfois à la limite du mystique mais tellement enivrants que l'on en oublie totalement l'absence d'action. 

    Un film vraiment pétri de qualités, à commencer par l'exceptionnelle qualité de son fil narratif, qui nous pousse dans des retranchements psychologiques permanents.  

     

    MA NOTE GENERALE : 8,5/10

     

     

    « Sobibor (film, 2018)Le Jeu (Film, 2017) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :