• Margin Call (film, 2012)

    Crédit Photo et vidéo : Before The Door Pictures, Benayora Pictures, Margin Call, Sakonnet Capital Partners,  Washington Square film

     

    Résumé : Peu de temps avant la crise de 2008, une firme d'investissement décide de procéder à un plan de licenciement d'un grand nombre de ses employés. Eric Dale, responsable de la gestion des risques, fait les frais de ce plan. Avant son départ brutal, celui-ci confie à l'un de ses meilleurs éléments une clé USB contenant un travail qu'il n'avait pas terminé...Et qui rend très probable la faillite de la firme.

     

    De la testostérone à profusion et très peu de femmes dans ce récit qui démontre, s'il le fallait encore, le caractère implacable de la logique financière, et les côtés immoraux et irresponsables de la prise de décision dans certaines sociétés financières. 

    Dans cette firme, tout le monde a conscience de n'être qu'un numéro, payé grassement pour manipuler des chiffres...Un numéro qui peut sortir à tout moment par la petite porte s'il fait de mauvais choix ou si la conjoncture est mauvaise.

    Le scénario prend souvent beaucoup de hauteur et contrairement à certains films relatant la crise de 2008, il n'a pas besoin de faire beaucoup de pédagogie financière puisque tout est assez facile à comprendre.

    Les acteurs, Kevin Spacey en tête, font facilement prendre cette mayonnaise de hauts dirigeants qui découvrent l'ampleur du désastre... et se voient contraints de prendre des mesures qui vont provoquer des faillites en cascade.

    C'est assez agréable à regarder jusqu'à la fin car une grande importance est accordée aux rapports humains et à la psychologie des personnages, le tout agrémenté par une bande sonore qui sait faire monter la pression.

     

    MA NOTE GENERALE : 7/10

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Les invisibles (film, 2019)

     Elemiah / France 3 Cinéma / Canal + / Ciné +

     

    Résumé : L'Envol, centre d'accueil pour femmes SDF, doit fermer ses portes. Les travailleuses sociales du centre ont trois mois pour s'occuper de la réinsertion professionnelle de toutes ces femmes dont elles s'occupent... Et pour cela, tous les coups sont permis !

     

     

    Un tout petit air de "grand bain" versus féminin dans cette fable sociale qui a néanmoins le mérite de traiter d'un sujet délicat et quasiment jamais évoqué sur le petit écran, celui de la réinsertion des femmes qui ont vécu dans la rue.

    C'est en général attendrissant et poignant, et sûrement au plus près du quotidien de ce que peuvent vivre ces femmes cabossées par la vie, souvent coupées de tout lien social et de toute perspective sérieuse de se réinsérer.

    Toujours coincée entre la rue et le foyer, chaque femme recueillie se reconstruit à petits pas (qui sont parfois de grandes victoires) et dans des difficultés parfaitement dépeintes dans ce film.

    Cependant, il manque beaucoup de profondeur et d'inattendu dans ce scénario, où tout tourne autour d'un seul et unique microcosme (lié à la rue, à la délinquance ou au social) et tout parait écrit d'avance.

    Il aurait par exemple peut être été possible et utile de greffer au scénario un autre personnage provenant d'un autre milieu, ce qui aurait pu procurer plus d'opportunités humoristiques, voire de développer un peu peu plus l'aspect reconquête de la féminité ou redécouverte de l'amour.

    Du point de vue purement artistique, l'implication d'Audrey Lamy et Corrine Masiero est totale et je m'y attendais.

    Gros points positifs, l'altruisme et la détermination de ces gens dévoués aux autres, qui redonnent souvent foi en l'âme humaine.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  •  

    Noces rebelles (2009)

    Crédit Photo et Vidéo : BBC Films, Dreamworks, Evamere entertainment, Goldcrests Films, Neal Street Productions

     

    Résumé : April et Frank Wheeler forment un couple modèle aux yeux des autres. Cependant, ils se complaisent dans une vie pépère dont ils ne voulaient pas.   

     

    Un film particulièrement bien joué (Kate Winslet a d'ailleurs obtenu un Golden Globe de la meilleure actrice pour ce film, et Léonardo Dicaprio n'a pas dû en être loin) malgré un scénario trop plat marqué par une certaine tristesse qui ressort des disputes de couple récurrentes.

    Pendant presque deux heures, ce couple rendu célèbre par le film "Titanic" part à la dérive (Quel jeu de mot bienvenu) ..Petit palmarès de sujets qui fâchent  : quitter ou pas son petit pavillon de banlieue pourtant cossu pour partir à l'aventure sur un autre continent, tromper son conjoint avec l'option de lui avouer ou pas, avorter d'un enfant qui n'était pas prévu au programme, accepter une promotion pour garder une vie pépère...Et c'est à peu près tout.

    Toute une vie de couple modèle des années 50 passée au crible en deux heures et qui ne dégage rien de foncièrement extraordinaire, mis à part la joie de revoir un couple mythique du cinéma de nouveau réuni et une bande sonore concoctée aux petits oignons.

    Sans message clair à part peut être une opinion à priori plutôt négative du couple, ce film est réservé exclusivement aux amateurs (et amatrices) de romances, de drame et de film d'amour.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • Premières Vacances (film, à l'affiche actuellement)

    Crédit Photo et vidéo : NJJ entertainment, Le Pacte, C8 Film

     

    Résumé : Marion et Ben se rencontrent par l'intermédiaire de Tinder. Dès le lendemain de leur rencontre, Ben propose à Marion de partir avec lui en vacances en Bulgarie... Ils vont faire ce voyage ensemble malgré les réticences de leur entourage. 

     

    Deux conceptions diamétralement opposées des vacances à l'étranger s'opposent frontalement avec ce couple dont les aspirations et les modes de vie divergent profondément.

    Les dialogues sont "cash" et souvent évocateurs du quotidien de beaucoup d'entre nous en vacances : ils font souvent mouche émotionnellement parlant quand ils ne nous rappellent pas certaines de nos habitudes.

    Jonathan Cohen brille de mille feux dans cette comédie en jouant à merveille de ses petites manies de "vieux garçon" précautionneux, à l'opposé du mode de vie "baba cool" fait d'imprévus à laquelle aspire sa nouvelle compagne.

    A partir du moment où l'on passe un bon moment, que peut-on concrètement reprocher à cette comédie ? je n'ai relevé que deux, voire trois petits défauts, mais ils pimentent tellement ce film qu'ils sont aussi des qualités à mes yeux.

    L'anti-publicité contre la Bulgarie, par exemple, est acceptée bien volontiers tant elle donne lieu à des scènes caustiques. Les quelques scènes de sexe (dont l'une assez transgressive) sont à la base de répliques irrésistiblement satiriques et corrosives.

    Les esprits les plus chagrins relèveront peut être que des trentenaires auraient peut être été plus à même de jouer ces rôles, encore que cette remarque resterait discutable sociologiquement.

    Une comédie aux accents libertaires très distrayante, dans la plus pure tradition française des comédies amoureuses, qui sait manier l'humour avec brio et qui prône la sincérité dans les rapports humains.

     

    MA NOTE GENERALE : 6,5 /10

     

     

    http://www.thefilm.fr/premieres-vacances-fr/

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire
  • La défense Lincoln (film, 2018)

    Crédit photo et vidéo : Lions Gate film, Lakeshore entertainment

     

    Résumé : Mickey Haller, avocat plutôt atypique, hérite d'une affaire assez spéciale : il doit doit défendre Louis Roulet (fils d'une riche famille) devant les tribunaux américains, lequel est accusé d'une agression violente et d'une tentative de meurtre. Au cours de cette affaire, il va se rendre compte que son client est peut être responsable du meurtre d'une autre femme...Un meurtre remontant à de nombreuses années, et pour lequel l'un de ses anciens clients purge une lourde peine de prison.

     

    Une interprétation pleine de justesse de Matthew McConaughey (alias Mickey Haller, l'avocat et personnage central), que certains d'entre nous ont déjà pu apercevoir dans l'excellente saison 1 de True Détective (voir ma critique ici).

    Hormis McConaughey et Marisa Tomei, le casting est famélique en terme d'acteurs réputés.

    Le scénario est parfois qualifié de "thriller juridique", tant l'aspect judiciaire occupe une place importante. Même si ce scénario n'est pas mauvais, tout le monde ne se réjouira pas forcément de passer autant de temps dans des joutes verbales au langage soutenu se déroulant dans les prétoires américains.

    C'est avant tout la personnalité hors norme du personnage principal et ses états d'âme qui gouvernent le film, d'autant que les rares scènes d'action ne sont pas très spectaculaires.

    Même avec un regard très sévère, il faut admettre que ce film dégage quelque chose de relativement intéressant, sans pour autant que l'on puisse s'extasier de joie.

     

    MA NOTE GENERALE : 6/10

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique